Conférences sur l'art


Données par Jacqueline Bourguignon, historienne d'art et musicologue. Membre de l'Association des Conférenciers Francophones de Belgique (ACFB).

Montage audio-visuel, auditions et illustrations commentées. Durée de 1h15/30 environ.

Matériel nécessaire : micro, écran et si possible projecteur Data et chaîne musicale.

Contactez-moi si souhaité.


Jean-Sébastien Bach, architecte et miniaturiste

Véritable voyage dans l ‘écriture et le monde musical de Bach, cette rencontre nous permettra, à travers exemples visuels et sonores commentés, de découvrir le parcours du compositeur, de l’exégète et de l’homme.

Nous observerons/écouterons  sa pensée et son souffle d’architecte à travers le portail d’une œuvre telle la Passion selon St-Mathieu, avant de nous pencher, loupe à la main, sur la présence humaine foisonnante que nous livre ses cantates : le  rendu du mouvement, du temps, de la durée, l’élévation morale, les symbolismes, les sentiments et affects….véritable bande dessinée !

Figuralisme d’époque, certes !  Mais de toute éternité.

Impressionnisme en peinture et en musique

Certains arts, à certaines époques, présentent des "connivences" particulières . C'est le cas notamment  de la peinture et de la musique à l'époque impressionniste.

 

On se rappelle que l'impressionnisme est une nouvelle manière de peindre en France durant la seconde moitié du I9ème siècle. L'artiste va rendre purement et simplement l'impression visuelle telle qu'il la ressent, sans se préoccuper de règles généralement admises jusqu'alors.

 

Il travaillera en plein air, directement sur le motif, délaissant son atelier et à l'affût d'impressions fugitives... la mer, le soleil et ses reflets, l'eau, la fumée...

 

Officiellement, l'impressionnisme est né en I874 (Monet : Impression, soleil levant). En musique, c'est le règne de Wagner, de Mahler, de Strauss...

 

Vingt ans plus tard, Debussy écrit son  Prélude à l'après-midi d'un faune, jalon  musical impressionniste de référence...

Peut-on comparer les démarches picturales et musicales, et en quoi ? Observons peintures et extraits musicaux commentés. 

Les connivences artistiques entre Picasso et Stravinsky

Venus d’Espagne et de Russie, quasiment contemporains, ils vont l’un et l’autre ‘briser’ l’image visuelle et  sonore de l’art occidental. Effrayés par leur propre audace, ils poursuivront leurs carrières, riches de multiples facettes, sans oser aller jusqu’au bout de leur geste sacrilège…Il faudra attendre les grands peintres de l’abstraction et l’Ecole musicale sérielle de Vienne pour qu’il soit consommé !

Femmes, et en plus, compositrices ?

Si le nom de certaines compositrices nous est connu, tels ceux d’Hildegarde de Bingen (religieuse bénédictine allemande, compositrice et femme de lettres du XIIème siècle) d’ Alma Mahler-Werfel (épouse de Gustave Mahler) ou de Clara Schumann-Wieck (pianiste, professeur de piano et compositrice allemande, épouse de Robert Schumann), il en est d’autres dont le nom ne nous parle guère.

 

Ainsi, Elisabeth Jacquet de la Guerre (compositrice et claveciniste à la cour de Louis XIV) Anna Bon (claveciniste et compositrice italienne à la Cour du Margrave Frédéric de Brandebourg, à Bayreuth), Cécile Chaminade (pianiste et compositrice féconde, appréciée particulièrement en France et en Angleterre, encouragée et soutenue par Saint-Saëns, Chabrier et Bizet) ou encore Pauline Viardot-Garcia ( mezzo-soprano et compositrice française, sœur de La Malibran). 

 

Cet exposé audio-visuel nous permettra d’en découvrir l’une ou l’autre. L'occasion aussi de se poser la question de la place des femmes dans les arts !

Le romantisme dans les arts : peinture, littérature, musique

A travers compositeurs, peintres et écrivains du 19ème siècle, nous découvrons quelques éléments essentiels du romantisme.

Ainsi, le retour au spirituel en réaction au côté rationnel du 18ème siècle, la dimension auto biographique de certaines œuvres, le goût du passé, la libération de l’imaginaire, le goût de la nature et le sens du voyage et du dépaysement.

 

Schubert, Schumann, Liszt, Brahms et Mendelssohn, Berlioz, von Weber et Chopin, Hoffmann, Chamisso, Goethe, Heine, et Byron, Delacroix, les Nazaréens et Friedrich seront nos guides dans cette découverte de l’Homme romantique.

 

Présentation audio-visuelle commentée et lectures de textes romantiques. 

Venise, à travers les arts : musiciens, écrivains et peintres

De nombreux artistes, romanciers ou musiciens, peintres ou poètes, vénitiens de naissance ou de cœur, ont chanté le charme de Venise…

 

Au fil de la musique ( les Gabrieli, Monteverdi, Vivaldi, Mozart, Mahler, Wagner, Liszt, Rossini, Stravinsky et Diaghilev, Bellini ou Porter, Cage) et de ses connivences innombrables avec la littérature ( Shakespeare, James, Aragon, Apollinaire, Musset, Christie, Cocteau, Colette, Mann, Morand, Byron, Sollers) et la peinture (Tintoret, Véronèse, Giorgione, Guardi, Canaletto, Constable, Delacroix, Turner, Dali, Ernst) nous voyagerons dans une Venise séculaire, occidentale et orientale, culturelle et sensuelle, toute en vibrations et en émois artistiques intemporels. Rencontre ‘Arts Croisés’ par excellence.

Marc Chagall ( 1887-1895) et ses amis écrivains

En 1910, Chagall décide de ‘participer à la révolution de l’art’  et de rejoindre Paris.

 

Riche de son âme slave et de son âme juive attentive aux textes bibliques, il y rencontre notamment Apollinaire et Cendrars. Fascination réciproque qui se dit dans des poèmes et des toiles où plumes et pinceaux jouent et se croisent allègrement sur fond d’imagerie fantasmagorique. 

 

Il dort , Il est éveillé ; Tout à coup, il peint ; Il prend une église et peint avec l'église ; Il prend une vache et peint avec une vache , Avec une sardine, Avec des têtes, des mains, des couteaux… Blaise Cendrars, 19 poèmes élastiques.

 

C’est en 1948 que le musicien Poulenc, à son tour, fêtera Chagall au travers de poèmes d’ Eluard.

 

Qu’il illustre Gogol ou la bible, Chagall conjugue l’âme slave à l’âme juive dans des tonalités musicales et des lumières mystiques qui font toute l’originalité de son œuvre, écrit Ariane Kalfa. 

L'Europe des Arts et des Lumières à la cour de Frédéric II de Prusse (1712 -1786)

Le regard tourné vers la culture française, le roi Frédéric II de Prusse s’entoure d’une Cour choisie parmi des philosophes et des gens de lettres, et rédige poésies et traités en français, sa langue préférée. Son ouvrage ‘l’Anti-Machiavel’ publié en 1740 lui vaudra le titre de roi-philosophe.

 

Flûtiste, il compose des concertos, qu’il jouera avec Benda, les frères  Graun, J.J.Quantz, et C.Ph.E.Bach ; il créera l’Opéra de Berlin. Amateur d’art, il réunit des peintures des grandes Ecoles italienne, flamande et française des XVIIème et XVIIIème siècles

Il correspondra avec Voltaire durant toute sa vie  et le rencontrera à Potsdam, dans son château de Sans Souci, ainsi que Jean-Sébastien Bach, le prince de Ligne, Diderot, d’Alembert, Condorcet ...

 

Même ses ‘ennemis’ politiques sont fascinés par lui : le tsar Pierre de Russie, Catherine II, l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche et Joseph II.

 

Cet exposé audio-visuel vous présentera un homme de raffinement et de culture, musicien, philosophe et compositeur, l’autre facette de ce roi connu d’abord comme homme de guerre, de stratégie militaire et despote éclairé.

L’art des Humanistes et des Princes de la Renaissance : musique des cours et princes d’Europe

Texte

 

La musique et les Arts à la Cour de Louis XIV

Le règne de Louis XIV est un grand règne : politique, mais aussi artistique. La musique et les arts  y jouent un rôle prépondérant et nécessaire même à l’affirmation d’une puissance absolue. La musique, notamment, est partout présente : elle rythme moments exceptionnels aussi bien que quotidiens.

 

 Pour comprendre comment est né Versailles, il est indispensable de se pénétrer du personnage du Roi-Soleil. Guitariste, bon danseur et même claveciniste, le Roi a l’oreille fine et juste. Il sait ce qu’il veut et on verra avec quel soin il va réorganiser les institutions : la Chapelle, la Chambre, l’Ecurie, l’Armée. 

 

C’est sous son règne , avec la complicité de Lully, que l’on verra éclore des œuvres de parade , chasses, levers et couchers du Roi, des œuvres de fonction comme les grands motets concertants qui feront la gloire de l’école française et des œuvres de divertissement, tels les opéras et les ballets.

 

Le Roi pourvoit lui-même aux différents postes : il nomme lui-même peintres, concepteurs de jardins,  musiciens et autres artisans de sa gloire. 

 

Lully, Charpentier, Couperin, Delalande, du Mont, Marin Marais, et bien d’autres musiciens nous feront revivre les fastes  de la Cour de Versailles.  Sans oublier, par ailleurs,  la musique de Saint-Cyr ou Port-Royal !